Livres

Les preuves scientifiques d’une vie après la vie

Présentation de l’éditeur

À la lumière de ses recherches personnelles et de ses expériences professionnelles, l’auteur de « Les preuves scientifiques d’une Vie après la Vie » nous fait partager ses convictions intimes sur l’existence d’une vie après la mort et sur les diverses possibilités de communication avec le monde de l’Invisible.

Son ouvrage révolutionne l’eschatologie occidentale figée dans des paradigmes dépassés, en démontrant de façon rationnelle qu’assimiler la mort au néant absolu appartient désormais au domaine des croyances tant il est vrai que les preuves scientifiques révélées pour la première fois dans ce livre confirment aujourd’hui de façon éclatante notre propre immortalité.

Sciences et spiritualité, deux mondes complémentaires qui se combattent sans relâche depuis trop longtemps !

Biographie de l’auteur

Le Dr Jean-Jacques Charbonier est anesthésiste-réanimateur depuis plus de vingt ans. Au fil des années, il a acquis la certitude que la vie ne s’arrête pas au moment de la mort mais se poursuit dans une autre dimension, parfois perceptible. Auteur de plusieurs ouvrages sur les états de conscience modifiés, il donne de nombreuses conférences sur ce thème, en France et à l’étranger.

Le monde selon Mosanto : OGM, une multinationale qui vous veut du bien

Présentation de l’éditeur

Le monde selon monsantoImplantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Dans les dernières décennies, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits (PCB,  » agent orange, ou hormones de croissance bovine et laitière).

Pourtant, elle se présente aujourd’hui comme une entreprise des  » sciences de la vie convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l’humanité. Qu’en est-il exactement ?

S’appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d’hommes politiques, ce livre retrace l’histoire d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l’extension planétaire des cultures OGM, sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.

Biographie de l’auteur

Marie-Monique Robin est lauréate du prix Albert-Londres (1995). Journaliste et réalisatrice, elle a réalisé de nombreux documentaires, couronnés par une dizaine de prix internationaux, tournés en Amérique latine, Afrique, Europe et Asie. Elle est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages, dont à La Découverte : Escadrons de la mort, l’école française (2004, 2008) et L’École du soupçon (2006).

Un état dans l’état

un état dans l'état

Présentation de l’éditeur

La franc-maçonnerie ? Un vrai contre-pouvoir qui apparaît rarement en pleine lumière.

Derrière l’apparence de rituels parfois désuets, Sophie Coignard a découvert que les frères s’organisent d’une façon très moderne pour s’entraider et exercer leur influence dans toute la société. Cet immense réseau, qui compte près de 150 000 personnes, pèse notamment dans la police, la justice et les affaires sociales.

Le livre dévoile l’existence de véritables fiefs francs-maçons, comme, parmi bien d’autres, la Poste, Veolia ou le Crédit agricole. À EDF, c’est une vraie cellule de renseignement qui effectuait des missions très spéciales. Cet univers méconnu compte des catholiques fervents et des athées militants. Il abrite aussi des loges d’élite inaccessibles au commun des mortels et des rivalités bien cachées.

Le ciment de cet État dans l’État ? Le secret d’appartenance, d’autant plus jalousement gardé que les frères occupent un poste élevé dans la hiérarchie sociale. Chaque frère est en effet tenu par un serment solennel qui lui interdit de parler. Nourri d’anecdotes et de révélations, un document-choc sur un sujet encore largement tabou.

Biographie de l’auteur

Sophie Coignard est grand reporter au Point et auteur de livres d’investigation qui ont fait date, dont le best-seller l’Omertà française. Sophie Coignard, après deux ans et demi d’enquête, a composé un ouvrage fouillé et tranché, qui l’amène à condamner la funeste tradition du secret maçonnique.

La marche irrésistible du nouvel ordre mondial

Présentation de l’éditeur

Toutes les époques ont leur idéologie. Ence début du XXIe siècle, le seul débris qui surnage après un siècle chaotique et tragique, c’est le mondialisme. Dans l’esprit de ses promoteurs, bien au-delà d’une coopération mondiale nécessaire et légitime, il s’agit d’abattre toutes les cloisons, et d’abord nationales, afin d’aboutir d’emblée à ce fameux village global décrit par le sociologue canadien Herbert Marshall Mcluhan.

CLa marche irrésistible du nouvel ordre mondialomme le dit Guy Sorman : Le monde est ma tribu. Le but est de créer de grands blocs géoéconomiques standardisés européens, nord-américains, sud-américains, asiatiques, etc., au sein desquels les nations seront broyées et dont la réunion constituera l’armature d’une gouvernante mondiale.

Comme le rappelle Jacques Attali dans son ouvrage Dictionnaire du XXe siècle : Après la mise en place d’institutions continentales européennes, apparaîtra peut-être l’urgente nécessité d’un gouvernement mondial. Ainsi, ces blocs corsetés par la même idéologie et dont les populations auront été au préalable alignées dans leur structure mentale sur les critères édictés au sommet, accoucheront d’une humanité unie, interchangeable et nomade.

Cependant, l’aboutissement de ces ambitions longtemps prophétisées devra passer par des étapes bouleversant les structures politico-économiques des sociétés, qui ne seront pas sans conséquences militaires. Dans ces événements, la vie humaine comptera peu. D’ores et déjà, avec la mort probable de la Belgique, les réveils régionalistes en Espagne et en Italie, l’Europe de Bruxelles qui a programmé depuis longtemps la mise sous tutelle, sinon la destruction des nations, risque d’être exaucée dans ses entreprises au-delà de ses espérances. De leur côté, à travers le sanglant bourbier irakien, les Etats-Unis préparent activement la recomposition du Moyen-Orient… La tour de Babel tiendra-t-elle ?

Biographie de l’auteur

Pierre Hillard est docteur en science politique et professeur de relations internationales à l’École supérieure du commerce extérieur (ESCE). Il a fait des études d’histoire, de sciences politiques et d’études stratégiques. Spécialiste de l’Allemagne, des affaires européennes, du mondialisme, de la constitution de blocs continentaux unifiés (UE, UNASUR, Union Nord-américaine à l’instigation de Robert Pastor, etc.), du partenariat transatlantique, de l’instauration d’un marché transatlantique sans entraves, des relations euro-arabes et de la question des minorités nationales, il est auteur de Minorités et régionalismes dans l’Europe fédérale des régions, de La Décomposition des nations européennes, de La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial, de la Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale et de nombreux articles dans Le Figaro, Géostratégiques, Conflits actuels, Intelligence et Sécurité et Balkans-Infos. Il intervient par ailleurs fréquemment dans la revue Monde & Vie et sur Radio Courtoisie. Il collabore également aux publications du Cercle Jeune France.

La face cachée des banques

Présentation de l’éditeur

Les banques ont provoqué la crise la plus grave survenue depuis 1929. Pour la première fois, un livre nous entraîne dans les coulisses de Wall Street et de certaines banques européennes et nous révèle les secrets les plus inavouables d’un scandale financier sans précédent : falsifications des comptes, contournement des lois, systèmes clandestins.

Un seul but : l’enrichissement des dirigeants. Ce livre en démonte les rouages et permet de mieux comprendre pourquoi les banques sont aujourd’hui les seules bénéficiaires de la crise qu’elles ont provoquée. Au fil d’une enquête aux révélations étonnantes, on rencontre des dirigeants à la morgue insupportable et à l’incompétence La face cachée des banquesparfois inqualifiable inondant le marché de crédits  » déchets  » remaquillés en produits de qualité.

On apprend que l’administration Obama a tout fait pour cacher l’insolvabilité de certains établissements, que des dirigeants d’entreprises au bord de la faillite se sont octroyés des bonus indécents avec l’argent du contribuable, que Paris et Washington ont dissimulé plus de 230 milliards de crédits toxiques détenus par des banques européennes. De découvertes en découvertes, l’auteur nous fait pénétrer dans un univers qui repose sur le mensonge et l’opacité. Cette avidité, ce cynisme ont conduit le monde au bord du gouffre. Et maintenant ?

Biographie de l’auteur

Eric Laurent est l’auteur de best-sellers comme La Guerre des Bush (Plon, 2003), La Face cachée du 11 septembre (Plon, 2004) et La Face cachée du pétrole (Plon, 2006). Il est grand reporter et spécialiste de politique internationale. Enquêtant sur les intérêts secrets et le jeu caché des hommes de pouvoir, il est l’auteur de nombreux romans et documents à succès, notamment Un espion en exil ; Karl Marx avenue ; Hassan 11, la mémoire d’un roi ; La guerre du Kosovo ; Le grand mensonge. En 1990, le livre qu’il a co-écrit avec Pierre Salinger, La guerre du Golfe, s’est vendu à près de 200 000 exemplaires.

En 1994, avec Marek Halter, il publie Les fous de la paix. En 2003 dans La guerre des Bush, traduit en 18 langues, il dévoile les stratégies inavouées de la guerre en Irak : intérêts financiers, poids des secrets familiaux, obsessions dangereuses… Il poursuit son enquête sur le président des Etats-Unis dans Le monde secret de Bush. L’année suivante paraît La face cachée du 11 septembre, fruit de ses recherches mais aussi de ses réflexions sur le terrorisme d’aujourd’hui. Vendu en France à plus de 100 000 exemplaires, il est également traduit dans de nombreux pays.

Le visage de Dieu

Présentation de l’éditeur

Le « visage de Dieu » ? C’est l’expression qu’utilisa l’astrophysicien Georges Smoot (prix Nobel 2006) lorsque le 23 avril 1992, il réussit, grâce au satellite COBE, à prendre des photos de la naissance de l’univers tel qu’il émergeait des ténle visage de Dieuèbres cosmiques tout juste 380 000 ans après le Big Bang. Depuis, cette expression a fait le tour du monde, déclenché la fureur des scientifiques, et bouleversé les croyants. Mais, par delà ces quelques mots, quel est le fabuleux secret qui se cache derrière le « bébé univers » ?
Pourquoi Smoot y a-t-il vu le « Visage de Dieu » ? Ce livre – nourri des formidable attentes suscitées par le nouveau satellite Planck lancé le 14 mai 2009 – s’approche, comme jamais, de ce mystère suprême : l’instant même de la Création. Trois des héros de cette fantastique aventure – Jim Peebles (prix Craaford d’Astronomie 2005), Robert W. Wilson (Prix Nobel 1978) et John Matters (Prix Nobel 2006) – ont postfacé cet ouvrage au fil duquel on s’avisera que la science, parfois, se confond avec la plus haute spiritualité.
Biographie de l’auteur

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Grichka Bogdanov est docteur en mathématiques Igor Bogdanov est docteur en physique théorique. Ils détiennent la chaire de cosmologie à l’Université Megtrend des Sciences Appliquées de Belgrade.

L’homme peut-il vivre sans Dieu ?

Présentation de l’éditeur
 » En dehors de Dieu, c’est le chaos; avec Dieu, l’esprit et le coeur assoiffés sont pleinement comblés »
Avec L’éloquence d’un apologiste chrétien et la rigueur d’un savant, Ravi Zacharias met en lumière le néant d’une vie menée sans Dieu et montre que:
* L’athéisme est vivant et mortel
* la poursuite d’une morale sans Dieu est vaine
* Jésus est unique, àL'homme peut-il vivre sans Dieu la fois comme personne idéale et comme chemin d’accès à Dieu
* l’imagination; l’émerveillement et la crainte respectueuse sont des sentiers importants vers la foi.

Vous découvrirez dans ce livre une apologie brillante et stimulante de la foi chrétienne. Avec une logique implacable, des illustrations pertinentes et une ardente conviction, Ravi Zacharias, dont la réputation n’est plus à faire dans les milieux philosophiques, montre combien il est important d’affirmer l’existence de Dieu dans notre vie quotidienne.

Dans  » L’homme peut il vivre sans Dieu », Ravi Zacharias présente et défend une foi concrète qui répond aussi bien aux exigences de la raison qu’à celles de l’expérience. Ce livre est disponible en e-book en cliquant sur ce lien : L’homme peut-il vivre sans Dieu ?

Biographie de l’auteur
Né en Inde, immigré au Canada à l’âge de 20 ans, Ravi Zacharias a obtenu une maîtrise en théologie parallèlement à sa carrière dans le commerce et exerce une activité de conférencier. Ses analyses sont notamment reconnues et appréciées, jusque dans les plus grandes universités (Harvard, Princeton, Oxford), dans le domaine des religions et philosophies comparées.

Le darwinisme : envers d’une théorie

Présentation de l’éditeur

Le darwinisme est omniprésent dans notre environnement quotidien. La  » sélection du plus apte  » est l’idéologie sur laquelle repose l’ensemble de notre système de société. Portée par certains comme un sacerdoce, reprise par d’autres comme une évidence, elle constitue aujourd’hui une opinion rendue inattaquable par l’usage commun et enseignée souvent dès l’école primaire. Cependant, malgré plus d’un siècle de règne sans partage sur les institutions, le darwinisme n’a toujours pas réussi à s’imposer comme une hypothèse recevable dans le monde scientifique.

Contrairement à ce que laisse croire le pseudo-débat natuLe darwinisme, envers d'une théorie raliste accessible au grand public, aucune preuve de la sélection darwinienne n’a jamais été apportée par ses partisans. Dans de très nombreux domaines, les spécialistes s’accordent pour réfuter les modèles darwiniens. Mais leurs arguments sont systématiquement passés sous silence dans les grandes publications généralistes et les médias, sous prétexte d’inintelligibilité pour ce  » lecteur moyen  » que l’on veut aussi borné qu’ignorant. Alors que, depuis la paléontologie jusqu’à la biologie moléculaire, aucune spécialité des sciences du vivant ne s’accorde plus aux théories darwiniennes.  » Le darwinisme : l’envers d’une théorie  » nous montre une réalité des connaissances scientifiques très éloignée du mythe officiel.

Une première partie nous dévoile l’histoire du darwinisme et corrige la légende. S’appuyant sur l’analyse des textes originaux et sur les ouvrages spécialisés d’histoire des sciences, c’est une véritable enquête qui nous fait découvrir la vérité sur les œuvres des pères de l’évolutionnisme biologique, mais aussi les travaux qui conduisirent à l’exclusion de la théorie darwinienne du champ des sciences, dès les années 1870.

Dans une seconde partie, passant en revue l’ensemble des grands arguments mis en avant par les tenants du darwinisme, une étude strictement scientifique des données est opposée aux arguments finalistes des darwiniens. En définitive, c’est l’épistémè hypothético-déductive actuellement imposée aux scientifiques de toutes spécialités qui est mise en question. Ne pouvant plus tirer leurs hypothèses des réalités observées, les chercheurs sont contraints d’invoquer la théorie officielle pour présenter leurs travaux. Face à l’idéologie, l’auteur plaide pour une reconquête par les scientifiques de la liberté de penser.

Biographie de l’auteur

Docteur es Biochimie, J.-F. Moreel a débuté sa carrière par l’étude de la génétique du développement précoce des vertébrés. Il est donc spécialiste d’un domaine situé à l’intersection de deux branches non darwiniennes de la biologie, la Génétique Moléculaire et l’Embryologie. Après s’être réorienté vers la pédagogie, l’auteur découvre la pesanteur du dogme darwinien. Inquiet de voir ressurgir dans le discours politique les idées qui firent la gloire du nazisme, J-E Moreel dénonce ici la nature non scientifique de ces théories.

Darwin : le mensonge de l’évolution

Présentation de l’éditeur

Le Dr Hans-Joachim Zillmer prouve que le monde académique, piégé par les dernières découvertes scientifiques, veut maintenir à tout prix la théorie de l’évolution, car autrement tous les manuels scolaires seraient non sDarwin le mensonge de l'évolutioneulement à réécrire, mais les forceraient aussi à reconnaître que d’autres civilisations ont vécu avant nous, et qu’elles ont été toutes décimées par des catastrophes régulières.

Dans cet ouvrage, le Dr Zillmer montre que les scientifiques ont : 1) ouvertement triché au cours de ces 50 dernières années pour maintenir le public dans l’ignorance des nouvelles découvertes archéologiques allant contre la thèse de l’évolution, 2) qu’ils n’ont pas hésité à fabriquer des fausses preuves darwiniennes (au point que certains ont même été traduits en justice comme faussaires), 3) qu’ils se servent de procédés bien peu scientifiques dès qu’il s’agit de garantir, par tous les moyens, la véracité de la thèse darwinienne qui s’étiole pourtant chaque jour.

La raison ? L’effondrement de la théorie de l’évolution remettrait en cause la totalité de la pensée et de la philosophie actuelles, et focaliserait trop sur les divers cataclysmes qui ont bouleversé notre planète à plusieurs reprises ce qui explique pourquoi on retrouve des outils, des métaux, des os et des traces de pas et de mains qui ne coïncident pas avec la chronologie darwinienne. Le Dr Zillmer est l’auteur de « L’Erreur de Darwin » chez le même éditeur qui a séduit plus de 200.000 lecteurs en Allemagne.

Biographie de l’auteur

Le Dr Hans-Joachim Zillmer est paléontologue-géologue de réputation mondiale, et membre de l’Académie des Sciences de New York.

Le choix de la défaite : les élites française dans les années 30

Présentation de l’éditeur

Quelles sont les causes de la Défaite de 1940 ? Le grand historien Marc Bloch écrivait en avril 1944 : « Le jour viendra […] et peut-être bientôt où il sera possiblele_choix_de_la_defaite de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l’Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l’Europe en détruisant de nos propres mains tout l’édifice de nos alliances et de nos amitiés. »

Annie Lacroiz-Riz analyse l’histoire des années 1930 pour éclairer les causes de la défaite de 1940. Selon elle, les Français n’ont pas été simplement été vaincus en cinq jours par une Wehrmacht invincible ; le haut patronat les a sacrifiés à son plan de  » réforme de l’Etat  » copié sur les voisins fascistes et à son obsession d’accord avec le Reich.

Cette affirmation incroyable paraît moins audacieuse à la lecture des archives, françaises et étrangères, relatives à une décennie d’actions des élites : militaires ; politiciens ; journalistes ; hommes d’affaires surtout, qui régnaient sur tous les autres, avec à leur tête la Banque de France et le Comité des Forges. L’autonomie des politiciens ou des journalistes relève ainsi du mythe, celle des militaires aussi.

C’est bien la France des grands intérêts économiques et financiers qui dicta le choix de l’Allemagne comme partenaire privilégié dès les années 1920 et sabota l’alliance russe de revers qui avait évité la défaite en 1914. Aujourd’hui, l’accès aux archives éclaire les causes intérieures et extérieures de la Défaite et permet  » l’instruction du procès de la vaste entreprise de trahison  » que réclamait Marc Bloch.

Biographie de l’auteur
Annie Lacroiz-Riz, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée d’histoire, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7, a notammen
t publié Le Vatican, l’Europe et le Reich et Industriels et banquiers sous l’Occupation (Armand Colin).

L’erreur de Darwin

Présentation de l’éditeur

Spéciadarwin_01lisé dans l’archéologie pré-diluvienne, le Dr Zillmer nous emmène dans une enquête aux quatre coins du monde pour nous montrer que les archéologues classiques ont toujours triché, en laissant de côté les découvertes  » bizarres  » qui ne collaient pas à la chronologie darwinienne ! Comment en effet expliquer la présence d’outils humains dans des strates aussi vieilles que celles du dernier Âge glaciaire ?

Pourquoi l’Antarctique n’était-il pas recouvert de glace auparavant ? Et surtout comment expliquer que les côtes de l’Antarctique figurent sur les cartes maritimes anciennes, comme si elles n’avaient jamais été recouvertes de glace ?

Comment expliquer aussi ce sceau sumérien, vieux de 4500 ans, qui montre l’emplacement de toutes les planètes du système solaire alors qu’à l’époque on ne pouvait même pas les distinguer à l’œil nu ? Et comment justifier les traces de pas humains à côté de celles d’un dinosaure, découvertes par centaines dans les plaines texanes de la Paluxy River et ailleurs dans le monde ?

A toutes ces questions qui embarrassent la science politiquement correcte d’aujourd’hui, et à bien d’autres, ce livre répond de manière extraordinaire en mettent en pièces la théorie de Darwin. Car le Dr Zillmer a été forcé de le reconnaître grâce à toutes les découvertes  » bizarres  » du XXe et XXIe siècles : la théorie de Darwin ne tient pas…

La véritable histoire des Bilderbergs

Présentation de l’éditeur

Explorant un monde d’intrigues et de menées secrètes, Daniel Estulin dénonce aujourd’hui ce que nul n’avait pu rapporter jusque-là : depuis ses débuts en 1954 à l’hôtel Bilderberg, dans la petite villeLa véritable histoire des bilderbergs hollandaise d’Oosterbeek, le Bilderberg Group a chaque année tenu une réunion, où l’élite politique européenne et américaine se retrouve avec les plus riches PDG de la planète, pour discuter de l’avenir économique et politique de l’humanité.

Bien que présentes, les principales figures de la presse internationale n’ont jamais été autorisées à rapporter les discussions et conclusions de cet organisme qui, comme le montre l’auteur, ont des répercussions considérables – et le mot est faible – sur les citoyens du monde.

Usant de méthodes dignes d’espions de la Guerre froide, et parfois même au péril de sa propre vie, Daniel Estulin est parvenu à apprendre ce qui se disait derrière les portes closes d’opulents hôtels. Il le rapporte pour la première fois dans cet ouvrage, qui est déjà un immense succès de librairie dans le monde entier.

Biographie de l’auteur

D’origine russe, ayant vécu au Canada, et aujourd’hui installé en Espagne, DANIEL ESTULIN est un journaliste d’investigation plusieurs fois récompensé, qui enquête sur le BILDERBERG GROUP depuis plus de 15 années. Il est l’auteur de la version espagnole de ce livre, La Verdadera Historia del Club Bilderberg (2005), un Best-Seller en Espagne, où il en est à sa 18e réimpression !
L’ouvrage est d’autre part un succès international : traduit en 42 langues, 2 millions d’exemplaires en ont aujourd’hui été vendus dans plus de 60 pays…

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer