L'Erreur de Darwin : l'effondrement de la théorie de l'évolution par la science ? - partie 2/2

Rejoignez les chercheurs de Vérité !

Recevez les dernières nouveautés et informations du site web en rejoignant tous les chercheurs de la vérité ! Garantis sans Spam !

« La science n’a pas besoin de l’hypothèse Dieu pour avancer ; la foi n’a pas besoin de la science pour entrer dans la réalité dvine ; mais l’homme a besoin des deux… pour se parachever. » (Serge Tarassenko, physicien nucléaire)

« D’une connaissance du travail de Dieu viendra la conaissance de Dieu ». (Robert Boyle, père de la chimie moderne)

Vaste débat peu médiatisé qu’est celui des origines de l’Homme. D’un côté l’évolutionnisme de Darwin, de l’autre le créationnisme. Pourtant, ce débat est d’une importance capitale dans un monde en perte de repère, puisque tout le sens et le but de la vie pourrait en dépendre. Mais encore faut-il s’y pencher sérieusement, travailler son esprit critique et outrepasser le cloisonnement de la pensée unique afin d’en saisir la véritable profondeur.

D’un côté la foi, de l’autre la science. Nous avons malheureusement tendance à oublier  un peu vite que la foi et la science peuvent être intimement liés et complémentaires. L’un n’exclut pas l’autre. La version officielle, admise, médiatisée et enseignée dès notre plus jeune âge dans nos écoles est celle de l’évolution. Alors, comme à l’accoutumer sur prisedeconscience,  nous allons explorer l’autre version des faits, celle que les médias passe sous silence et nous verrons pourquoi ces grandes vérités sont occultés. En faisant passer un examen à la théorie évolutionniste à la lumière de la science, nous constaterons les nombreuses lacunes, faiblesses, mensonges et dissimulations de cette théorie, qui pourrait priver l’homme d’une connaissance salutaire. Avec ces nouvelles données, chacun pourra naturellement en déduire si oui ou non l’idée d’un créateur est viable et continuer librement son propre cheminement en connaissance de cause. Pas question ici de sombrer dans les dangers de l’obscurantisme, le religieux ou le sectaire. Ces vidéos et cet article permettent d’aborder d’un point de vue scientifique la vaste question de nos origines  et pourra pourquoi pas ouvrir certains coeurs à une vérité ayant le pouvoir d’impacter positivement leur vie. Comme d’habitude, à vous de peser le pour et le contre, de vous faire votre propre opinion et de travailler votre esprit critique. Il y a la version officielle des origines de l’homme, voici maintenant l’autre version. En effet, si l’idée de la thèse créationniste est viable, il y aurait donc un créateur que chacun serait en mesure de découvrir ou de rencontrer … Cette supposition dépasse largement le cadre de cet article et même de l’ensemble de ce site et ne sera donc pas aborder tant il soulève de questions, de mystère et de passions.

Commençons par une simple question : qui est Darwin ?

Charles Robert Darwin qui a établi la théorie de l’évolution ou « l’évolution par la sélection naturelle » était un naturaliste amateur qui n’avait jamais reçu une formation académique en biologie. Il s’intéressait en tant qu’amateur à la nature et aux êtres vivants.

Impressionné par diverses espèces d’êtres vivants, particulièrement certains pinsons qu’il avait vus dans les îles Galápagos, il a pensé que la diversité de leurs becs était le résultat d’une adaptation à leur milieu naturel. Avec cette idée en tête, il a supposé que l’origine de la vie et des espèces résidait dans le concept de « l’adaptation à l’environnement ». Selon lui, les divers êtres vivants n’étaient pas créés séparément par Dieu mais descendaient tous d’un ancêtre commun et sont devenus différents les uns des autres à cause des conditions naturelles.

L’hypothèse de Darwin ne reposait sur aucune découverte ni expérience scientifique. Il était lui même, parfaitement conscient que sa théorie recouvrait plusieurs grandes lacunes et anomalies. Il en a fait la confession dans le chapitre « Les difficultés de la théorie » de son livre. Ces difficultés concernaient, en premier chef, les archives fossiles, des organes complexes d’êtres vivants qui ne peuvent pas être expliqués par la coïncidence.

Le niveau primitif de la science à l’époque de Darwin (XVIII éme siècle) telles que la génétique, la microbiologie, la biochimie et d’autres n’existaient pas encore. Si celles-ci avaient été découvertes avant que Darwin ne construise sa théorie, ce dernier n’aurait sans doute pas osé avancer ses hypothèses. L’information déterminant les espèces existe déjà dans les gènes et il est impossible à la sélection naturelle de produire de nouvelles espèces à travers l’introduction de changements dans les gènes. S’il avait connu les sciences d’aujourd’hui, Darwin aurait compris que pas la moindre protéine n’aurait pu exister par hasard, encore moins une cellule toute entière. A cette époque la structure et des fonctions de la cellule n’étaient connues que superficiellement, le microscope à électrons n’était pas conçu.

Charles Darwin avança sa théorie dans son livre L’origine des espèces, publié en 1859. Il avoua plusieurs points qui l’embarrassaient dans le fameux chapitre « les difficultés de la théorie », et espérait que ces problèmes seraient résolus dans le futur. Ce souhait, cependant, n’a abouti à rien.

Les fossiles, de nos jours, ont produit des résultats différents des attentes de Darwin. Il pensait que ses successeurs finiraient par trouver les formes intermédiaires expliquant les transformations lentes et régulières des espèces (gradualisme). Au contraire, les faits révélèrent que d’innombrables êtres vivants n’avaient subi aucun processus d’évolution, qu’ils étaient restés identiques pendant des millions d’années, conservant leurs nombreuses caractéristiques complexes.

Deux exemples parmis des milliers :

– Un fossile d’ophiure de 150 millions d’années montrant que les échinodermes n’ont absolument pas changé depuis des millions d’années.

– Un fossile de tortue de 120 millions d’années est la preuve que les tortues ne descendent pas d’autres êtres vivants, qu’elles n’ont jamais subi des étapes intermédiaires de transformation et qu’elles présentent la même structure depuis des millions d’années.

Les formes intermédiaires sensées porter les caractéristiques de deux espèces différentes n’ont jamais existé à aucun moment. Le manque de formes intermédiaires c’est-à-dire la stagnation n’appuient en rien la conception d’évolution graduelle préconisée.

Pour faire face à cette situation infirmant la théorie de l’évolution, les successeurs de Darwin firent d’énormes efforts pour détecter dans les archives fossiles des exemples de l’évolution lente et graduelle qu’il prévoyait. Leur objectif était de prouver que Darwin avait raison, de démontrer que les fossiles de son époque étaient réellement insuffisants et de dénicher des exemples de formes intermédiaires, preuves de l’évolution des êtres vivants.

Cependant, en 1980, les défenseurs de la conception de l’évolution, relevaient que l’histoire de la plupart des espèces fossiles présente deux caractéristiques particulièrement incompatibles avec le gradualisme proposé par Darwin.

1) La stabilité ou « stase » : la plupart des espèces ne présentent aucun changement directionnel pendant toute la durée de leur existence.

2) L’apparition soudaine : dans une zone donnée, une espèce n’apparaît pas progressivement à la suite d’une transformation régulière de ses ancêtres ; elle surgit d’un seul coup, et « complètement formée »……..

Pour de nombreuses personnes (pour ne pas dire la grande majorité de la population lettrée), la théorie de l’évolution est un vérité qui se vérifie au fur et à mesure des découvertes. Ces gens là ont autant de fois en cette conviction que les croyants dotés de la foi du charbonnier et nous verrons plus bas dans cet article pourquoi il s’agit ici de foi.

Il existe de nombreuses découvertes et de détails discordants qui, pour plus de facilité, ont été écartés d’une pichenette : ils ne rentraient pas dans le tableau. Il suffit de surveiller la presse scientifique,les magazines hebdomadaires, les brèves par-ci, par-là, qui relatent des découvertes ou des correctifs allant à l’encontre de ce qui est admis.

Les seuls fossiles par exemple, sont la preuve que les organismes vivants ne sont pas apparus grâce à une évolution progressive, mais plutôt de manière soudaine et sous une forme complète. Les néo-darwinistes rêvent du jour où les formes transitionnelles perdues seraient découvertes un jour.

Malheureusement aucune « forme transitionnelle », pourtant soutenue par les néo-darwinistes pour démontrer l’évolution progressive des organismes vivants d’un état primitif à celui développé, n’a été découverte en aucun endroit du globe. De plus, l’anatomie comparative a prouvé que les espèces supposées avoir évolué les unes des autres disposent en réalité de caractéristiques anatomiques différentes et qu’elles ne pouvaient en aucun cas être ancêtres ou descendants les unes des autres.

Quant aux mutations des espèces, les néo-darwinistes ont alors essayé d’établir un cas pour les « mutations avantageuses » en procédant à des milliers d’expériences de mutation. Toutes ces tentatives ont été vaines. Par contre les mutations -ou les « accidents »- qui ont eu lieu dans les gènes des organismes vivants ont toujours été nocives. Ils ont également tenté de prouver que les premiers organismes vivants étaient apparus par hasard dans des conditions terrestres primitives que la théorie avait énoncées. Toutefois, ces tentatives s’étaient soldées par un autre échec. Chaque expérience qui cherchait à prouver que la vie aurait pu apparaître par hasard se soldait par un échec. Les calculs de probabilité ont prouvé que même la moindre protéine, la base de la vie, ne pouvait devoir son origine au hasard. Et la cellule qui soi-disant serait apparue par hasard dans des conditions terrestres primitives et incontrôlables, comme le soutiennent les évolutionnistes, ne pouvait pas être synthétisée même dans les plus sophistiqués des laboratoires du 20ème siècle.

Les données scientifiques les plus sérieuses prouvent qu’ils est impossible de donner une explication à l’univers en excluant Dieu. Ces savants ne trouvent pas seulement un univers intelligible et très cohérents, mais ils perçoivent en lui un prodige qui donne un sens à la vie parce qu’ils reconnaissent derrière cette création l’esprit et la main d’un architecte. Cette perception d’un créateur se fait ressentir également dans divers domaines tel que la philosophie. Voltaire n’a-t-il pas dit : « L’univers m’embarrasse et je ne puis songer qu’une telle horloge existe et n’ait pas d’horloger”. Ces érudits défendent donc la pertinence des principes moraux et savent quand il faut cesser de poser la question « pourquoi ». Ils ont eu une vision du monde qui semble plus cohérente que la vision purement évolutionniste des choses.

Le physicien des particules John Polkinghorne démontre avec brio que notre univers intelligible et merveilleusement adapté suggère l’existence de Dieu ; les penseurs athées ont bien du mal à expliquer la précision qui règne dans tous les détails de cet univers :

« Au début de l’expansion de l’univers, il fallait un équilibre parfait entre la force d’expansion (celle qui éloigne les corps) et la force de gravité (qui attire les objets les uns vers les autres). Si la force centrifuge avait été trop grande, la matière se serait dispersée trop rapidement pour pouvoir se condenser en galaxies et pour que les étoiles se forment. Ils ne se seraient rien produit d’intéressant dans un univers tellement dispersé. D’autre part, si la gravité avait été trop prépondérante, le monde aurait de nouveau été attiré vers son point de naissance avant que la vie n’est pu faire son apparition. Nous estimons que pour que la vie ait été possible, il fallait qu’au tout début de la formation de l’univers (le temps de Planck), la force centripète et la force centrifuge ne diffèrent pas de plus de 1 :1060. Celui qui est versé dans les mathématiques ne pourra que s’émerveiller par cette précision. Pour le non-spécialiste, je vais emprunter une illustration de Paul Davies pour faire comprendre ce que cela représente. Davies indique que c’est la précision nécessaire pour atteindre une cible de 2,5 cm placée à l’extrémité de l’univers observable, c’est à dire à vingt mille millions d’années lumière ! « 

Imaginons alors qu’aujourd’hui il ne soit pas honteux de se poser des questions ou même, imaginons que croire qu’une entité supérieure ait décidé de créer l’homme, ne soit pas contraire à la raison… Dans ce cadre là, le paléontologue Hans-Joachim Zillmer a compilé de nombreuses découvertes qui prouvent tout autant une vue créationniste que les savants défendent l’évolutionnisme. Mr Zilmer en a fait deux livres intitulée « L’erreur de Darwin » et « Darwin, le mensonge de l’évolution ». Il est possible de vous procurer un audio abordant son livre sur le site Radio Ici et Maintenant.

Les temps ont changés et il ne s’agit pas ici de faire de l’esbroufe. De ce fait, peut-être aussi grâce à internet où quiconque peut vérifier ce qui est dit, le sérieux du travail de l’auteur propose d’apprendre des choses passionnantes et surtout offre une base de réflexion solide qui devrait permettre à n’importe qui de se donner la peine de réfléchir. Inutile de vous obliger à être convaincu ou non… car comme tout le monde le sait, la vérité est ailleurs, et surtout elle est de moins en moins académique !

Hans-Joachim Zillmer, à l’instar de Immanuel Velikovsky, s’est fait toutefois l’avocat du catastrophisme en rapport avec la théorie d’une Terre jeune, la toute première modélisation de la théorie d’une catastrophe de notre jeune Terre suggérant que la Terre est relativement vieille, en tant que planète mais qu’elle fût touchée par une catastrophe d’une terrible ampleur ( le déluge) il y a quelques 5000 à 6000 ans. La thèse centrale au niveau géologique, induite par ces bouleversements, est d’affirmer que les continents connurent de formidables inondations du sud et du nord-ouest de l’Amérique du nord, à travers l’Australie ou les montagnes de l’Altaï, à travers la Sibérie vers la mer caspienne, la mer baltique et l’océan artique. Un déplacement de l’axe du globe terrestre eût lieu en association avec ce qui précède et, d’après lui, c’est à cette période que l’ère glaciaire commença par une rapide glaciation des régions arctiques et antarctiques, connue sous le nom de « grand âge de glace » ( le Pleistocène). C’est à cette époque, d’après Zillmer, que la pesanteur de la Terre augmenta aussi et que certaines espèces animales d’une taille démesurée, tel le sloth d’Amérique aussi gros qu’un éléphant, le stag géant et la mammouth d’Eurasie, s’éteignirent. Ainsi, émergea un nouveau monde avec de plus petits animaux sous des conditions atmosphériques différentes, telles une diminution de la pression atmosphérique et une plus grande pesanteur.

Selon Zillmer, compte tenu de ces catastrophes au niveau du globe terrestre, il n’y a eu, par rapport à une micro ou macro évolution, aucune mutation des espèces animales. Ainsi, il est impossible que le singe ait pu engendrer l’homme. Qui plus est, à cette époque, 80% de l’espèce animale fût éradiquée. Un scénario attribué à la fin de la période glaciaire ( = naissance de la période d’enneigement, toujours selon Zillmer). En conséquence de quoi, Zillmer affirme qu’il n’existe aucune théorie vérifiable de l’espèce humaine, raisonnement qu’il explicite dans son ouvrage «  Le mensonge de l’évolution ». Dans son livre «  l’Erreur de Darwin », Zillmer explique que les crânes paléolithiques et les squelettes n’ont pas plus de quelques milliers d’années, ceci ayant été confirmé par de nouveaux examens des crânes de l’homme de Néanderhal et de Cro-Magnon provenant d’Allemagne en 2004, analyses découlant d’une nouvelle détermination ayant eu lieu en Angleterre. La thèse exposée par Zillmer dans son ouvrage L’erreur de Darwin, est que le Grand Canyon, synonyme de délivrance de la tribu Havasupai, fût le résultat d’un cataclysme gigantesque du temps de leurs ancêtres, théorie qui a été étayée par les nouvelles recherches de la Commission de Géologie américaine. Des flots gigantesques, d’une taille 37 fois supérieurs au fleuve Mississipi sculptèrent le Grand Canyon par des passages successifs, pour la dernière fois il y a plus de 1000 ans. En outre, il présente dans ses ouvrages de nombreuses preuves archéologique venant confirmer les écritures bibliques (découvertes de squelette de géants, cohabitation des dinosaures et de l’homme etc …). De quoi se poser de sérieuses questions…

On pourrait aussi citer Jean-François Moreel, Docteur en biochimie et spécialiste en génétique moléculaire et en embryologie. M. Moreel œuvre pour la démystification du darwinisme afin de libérer les scientifiques de cette idéologie et leur permettre de reconquerrir leur liberté de penser.

D’après lui, le Darwinisme est une des plus grosse fumisterie intellectuelle de notre époque. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont “Le Darwinisme envers d’une théorie”. Son livre démontre de façon implacable, au travers des différentes diciplines scientifiques en jeu, de la paléontologie jusqu’à la génétique & biologie moléculaire, que la réalité des connaissances scientifiques conduit de façon irréfutable à la non validité de ce “mythe officiel” qu’est le darwinisme.

Les considérables avancées et découvertes scientifiques dans des domaines tels que L’archéologie, la paléontologie, la biologie ou encore la génétique, semblent rendre la théorie de l’évolution tout simplement invalide et incensée tout en avançant des arguments toujours plus convaincant en faveur de l’idée d’une création. Les tentatives de falsification visant à démontrer que des formes transitionnelles existent n’ont pas aidé la théorie évolutionniste (voir dans la vidéo).

Une partie de la science tend visiblement vers le créationnisme tant la complexité et la richesse ordonnée qui nous compose et qui nous entoure rendent naturellement témoignage à un créateur tandis qu’une autre partie toute aussi sérieuse de la science tend de bonne foi vers l’évolutionnisme, excluant Dieu et proclamant que l’univers et tout ce qu’il contient n’est finalement que le fruit du hasard et de la nécessité.

Bien entendu, De nombreux articles scientifiques, sérieux et pertinents démontrent le contraire et présentent la théorie de l’évolution comme une vérité qui n’est plus discutable, et sans les connaissances scientifiques adéquate, difficile de ne pas y adhérer. Mais sans même le savoir, tous ces scientifiques pro-évolutionniste ne démontrent-ils pas seulement la preuve d’une micro-évolution ou adaptation programmée qui est totalement compatible avec le créationnisme ? La macroévolution, donc l’évolution au dessus du niveau de l’espèce est trompeur et non prouvé scientifiquement. En revanche, la microévolution se produit quotidiennement dans la nature et pendant le processus de sélection. L’amalgame entre micro et macroévolution trompent beaucoup de personnes dans la recherches de la vérité. Les règles de l’hérédité sont décrites par les lois de Mendel, qui constituent aujourd’hui l’une des bases de la génétique expérimentale. Si l’on considère en plus les influences climatiques et l’isolement spatial, on obtient des nouvelles variantes d’animaux existants ou aussi d’hommes, qui ne constituent pas une évolution supérieure au sens des théories de Charles Darwin.

Car passer de la micro-évolution (modifications que peuvent subir certaines espèces et qui est prouvée par la science)  à la macro-évolution (celle qui explique l’origine des espèces), ne relève-t-il pas subitement du domaine de la foi ?

Voyons maintenant pourquoi l’évolutionnisme et le créationnisme relève tout deux du domaine de la foi.

Le néant peut-il générer de lui même quelque chose ? Même le célèbre bigbang doit bien venir de quelque part ? On sait scientifiquement, que la probabilité qu’une chose ou qu’un être qui procède de rien est nulle. Satistiquement, il est impossible que le néant puisse générer de de la matière. Alors maintenant, est-ce que les tenants de la théorie de l’évolution peuvent citer un seul cas d’un être répondant à un arrangement et qui tirerait son origine d’un être sans arrangement ? Si la réponse est non, et c’est le cas, on peut légitimement affirmer que l’origine de toute chose viendrait peut-être d’un être avec arrangement et que cet être pourrait être assimilé à Dieu.

Finalement, on peut affirmer la chose suivante  : Un oeuf que n’aurait pondu aucun oiseau n’est pas plus naturel qu’un oeuf qui existerait de tout éternité. Pour paraphraser cet exemple, on pourrait dire que la théorie de l’évolution tente finalement et malgré tout son sérieux de nous dire qu’un oeuf pourrait exister sans qu’aucun oiseau ne l’ait pondu ce qui est rationnellement aussi absurde qu’un œuf existant de toute éternité et ayant engendré les autres. La foi évolutionniste et créationniste sont simplement résumé dans cette illustration. Alors maintenant, si cela relève finalement du domaine de la foi, posons-nous quelques questions simples mais primordiales pouvant répondre à cette autre question : que croire ?

La théorie de l’évolution peut-elle expliquer le mystère insondable des E.M.I (Expérience de Mort Imminente, prochainement abordé sur ce site) ? La théorie de l’évolution peut-elle expliquer les innombrables phénomènes surnaturelles et spirituelles existant à travers le monde (guérison, médium, voyance, télékinésie, exorcisme, spiritisme, intuition, etc..) ? La théorie de l’évolution  peut-elle rendre la vue à un aveugle ?  La théorie de l’évolution peut-elle résoudre les innombrables problèmes existentiels tel que le sens et le but de la vie ? La théorie de l’évolution peut-elle résoudre cette lutte du bien et du mal à laquelle nous somme tous confrontée ? La théorie de l’évolution peut-elle radicalement bouleverser le coeur d’un homme par sa vérité ? La théorie de l’évolution peut-elle générer des expériences surnaturelles ?La théorie de l’évolution peut-elle exaucer des prières ? La théorie de l’évolution peut-elle expliquer la magie du rire des enfants ? Peut-elle expliquer l’apparition de la sexualité ? Peut-elle faire des miracles ?

On peut constater une chose simple : La théorie en faveur d’un créateur et l’aspect spirituel en découlant peut visiblement expliquer toute ces choses si l’on s’en réfère au seul exemple des innombrables et authentiques témoignages ayant traversés le temps et les mystères visibles en découlant. Une chose sur laquelle tout le monde s’accorde est que la véritable science ne peut démontrer ni l’existence de Dieu ni sa non-existence tout comme elle n’arrive pas encore à admettre la réalité de le télékinésie par exemple. Ajoutons qu’il est une chose que la science ne pourras probablement jamais prouver, c’est bien la relation spirituelle qu’un homme peut avoir avec Dieu. La science et Dieu ne sont pas, et ne seront jamais ennemis. La science oeuvre pour le « quoi je suis » tandis que la foi divine oeuvre pour le « qui je suis », le « d’où je viens » et le « ou est-ce que je vais ». La science n’a pas pour but de donner un sens à la vie mais d’expliquer les mécanismes prodigieux qui abondent dans cette vie. La métaphysique prend donc le relais tout comme la spiritualité et cela aboutit enfin à un ensemble complet et cohérent.

Enfin, pour aller plus loin, posons-nous cette simple question : la science peut-elle prouver l’amour réel que vous avez pour un quelconque proche ? Elle ne le peut pas et pourtant tout le monde s’accorde pour dire que l’amour existe. Le sentiment d’amour est une chose invisible qui n’est admis uniquement par la majorité  parce que chacun a pu l’expérimenter une fois dans sa vie. L’amour se rend uniquement visible par nos actes, nos paroles et notre témoignage. De la même façon, Dieu existe de manière certaine pour tous ceux qui l’expérimente. De la même façon, on pourrait dire que le témoignage ainsi que les actes de ceux qui prétendent vivre une relation avec Dieu est une des ses manifestations visibles. Une phrase biblique dit : « la gloire de Dieu est d’agir de façon caché et la gloire de ceux qui croit est de découvrir ce que Dieu à caché« . Tout comme l’amour n’a de valeur et ne s’expérimente que s’il est sincère, la rencontre avec Dieu n’a de valeur et ne s’expérimente visiblement que s’il provient d’un coeur sincère. la bible ne dit-elle pas que « celui qui me cherche de tout son coeur me trouvera » ?

Il est intéressant de noter une chose décrite dans les saintes écritures et concernant le mécanisme des prémices d’une relation Homme-Dieu : l’homme demande à Dieu de lui montrer des preuves concrêtes de son existence afin de croire en lui, tandis que Dieu demande d’abord à l’homme de croire en lui afin de lui donner ces preuves. Cela sous-entend qu’il répond simplement au coeur qui le cherche sincèrement et qu’il se révèle d’un milliard de façon possible aux personnes désireuses de le connaître. Le respect du libre arbitre est donc total. En admettant l’idée de l’existence de Dieu comme correct et satisfaisante, nous rentrerons alors dans l’immense diversité des croyances et des religions ce qui dépasse une fois encore largement le cadre de cet article.

Cependant, nous terminerons tout de même cet article par un cours témoignage d’une personne que certains qualifierait de créationniste. Cette personne s’appelle Malcolm Muggeridge et voici ses mots après être entré en relation personnelle avec Dieu :

« Je dois sans doute me considérer comme un homme relativement comblé. De temps en temps, les gens me reconnaissent dans la rue ; c’est la célébrité. Je gagne assez d’argent pour prétendre à figurer parmi les gens les plus imposables ; c’est la réussite économique. Comblé d’argent et de d’honneurs, même quelqu’un d’agé peut s’offrir des distractions ; c’est le plaisir. Il se peut qu’une parole dite ou écrite par moi ait suffisamment attiré l’attention pour me faire croire que j’ai laissé un impact sur mon époque ; c’est le sentiment d’épanouissement. Mais je vous le dit, et je vous prie de me croire, multipliez ces petits triomphes par des millions, faites-en la somme : le résultat n’est rien, moins que rien. En fait, c’est même un réel obstacle, comparé à une seule goutte d’eau vive que Christ offre à celui qui est assoiffé spirituellement, quel qu’il soit !« 

Vous l’aurez compris le narrateur de cet article à déjà pris sa position. Notez bien : Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celle de PriseDeConscience.org

Maintenant, à chacun de prendre sa position et d’alimenter le débat dans une optique constructive, enrichissante et respectueuse. La vérité n’est peut-être qu’à un seul pas…

Pour les plus curieux, voici un dossier scientifiques sérieux sur darwinisme parut dans le magazine NEXUS en octobre 2009 :

http://www.scribd.com/doc/27608524/Dossier-Darwin-Nexusn%C2%B0-64-Sept-oct-2009

Voici également un article intéressant concernant la question : A quoi servent les religions, Peut-on vivre sans Dieu ?

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20607

Par le biais du système de commentaires, libre à vous de réagir pleinement sur les vidéos présentes dans cette rubrique. Pour toute autre question, n’hésitez pas à nous contacter via l’adresse mail suivante : webmaster{arobase}prisedeconscience.org

6 Commentaires

  1. diabolot1

    Jintroduirai ce commentaire par une citation de Marcus Ciceron : ‘L’existence de Dieu est si claire que je me demande si celui qui la nie na pas perdu la raison. A lheure actuel, avec les évènements qui bouleversent notre monde, je me demande : comment peut-on douter de lexistence de Dieu ?’

    Commençons par le commencement : lévolution ? Charles Darwin, à la fin de sa vie, a dit : « La supposition que l’oeil ait été formé par lévolution me semble au plus haut point absurde. »

    Isaac Newton, un des plus grands physiciens connu dans ce monde, nous a dit : « La merveilleuse constitution de lunivers avec son harmonie incomparable, na pu se faire que selon les plans dun Être omniscient et Tout-Puissant. Cela demeure ma plus haute et intime conviction. »

    Pourquoi ces guerres et cette misère ? Dieu a laissé à lhomme le libre choix. Lhomme a clairement fait le choix dignorer, et bien pire, de rejeter Dieu de sa vie, de sa famille, de sa société. je terminerais en partageant avec chacun quelques petite anecdotes :

    Un homme entra dans un salon pour se faire coiffer. Le coiffeur était chrétien, mais ne savait comment engager la conversation pour lui témoigner de Jésus. Puis, le client dit : – Vous croyez en Dieu ? Le coiffeur, tout exité, lui parla de Dieu, à la fin de son témoignage, le client lui dit : – Vous savez, je ne crois pas que Dieu existe, il y a trop de guerres, de pauvreté, de misère. Le coiffeur ne savant que répondre, finit son travail sans dire un mot. Au moment de partir, le coiffeur qui regardait au dehors dit au client : – Vous savez, je crois que les coiffeurs nexistent pas. Le client, interloqué, choqué le regarda perplexe. Le chrétien poursuivit il y a trop de personnes mal coiffés, barbus, aux cheveux longs, sales, regardez. Je ne crois pas que les coiffeurs existent.

    par le raisonnement à fortiori on peux démontrer l’existence de Dieu,donc la raison admet l’existence de Dieu,et c’est bien la raison saine qui en réalité prends ce qui utile et évite ce qui est nuisible donc on n’a de choix, si on veut honorer cette raison et atteindre le bonheur,que de faire avec la présence de Dieu…

    Autre anecdote :
    Un instituteur qui dit un jour que Dieu nexistait pas, et partait du principe que ce monde navait pas été créé. Profitant de son absence, un de ses élèves à dessiné un âne sur le tableau avec le nom de linstituteur inscrit dessus. A son retour, il fut accueilli par des éclats de rire. Fou de rage, il chercha à connaître l’auteur, de ce dessin. Sur ce, un élève se leva et dit que le dessin, sétait fait lui-même (c’est-à-dire selon ce que vous prétendez).

    Ainsi, cet élève venait de confirmer, à sa façon, ce que tout le monde sait, à savoir que tout acte relève forcément d’un auteur [un créateur]. Par conséquent, il serait impossible d’imaginer l’existence d’écriture sans écrivain, ou de bâtiment sans bâtisseur. En effet; la raison ne peut que rejeter l’idée qu’une encyclopédie puisse être le résultat d’une déflagration survenue dans une imprimerie ou qu’un immeuble, avec toutes ses structures, surgisse subitement de Terre à la suite d’une secousse tellurique. De même, on ne saurait imaginer un bateau lourdement chargé, cheminant droit sur une mer agitée, avec des vents portants et tourbillonnants; sans l’aide d’un bon et vaillant capitaine. Que dire alors de cet Univers qui évolue dans une organisation parfaitement cohérente!

    Dernière anecdote :

    Avant la bataille, un pirate croyant dit à ses adversaires non croyant :
    « Que diriez-vous de quelqu’un qui vous dit: « J’ai vu un navire lourdement chargé de marchandises et entouré en pleine mer par des vagues déchaînées et des vents de toutes sortes. Ce navire poursuivait pourtant en toute quiétude son chemin à travers les flots sans capitaine pour le diriger, ni pilote pour rectifier sa marche ». Est-ce que l’esprit accepte une telle affirmation?

    Ils dirent: « c’est une chose inconcevable ».

    Le pirate croyant leur dit: « gloire à Dieu ! Si l’esprit n’admet pas qu’un navire avance en toute quiétude dans la mer sans pilote ni capitaine, comment peut-il admettre que ce monde se maintienne sans créateur malgré la diversité de ses états, l’étendue de ses limites et la disparité de ses contrées ? »

    Ils fondirent en larme et lui dirent : « Tu as vraiment raison ». Ils remirent leurs sabres dans leurs fourreaux et revinrent à Dieu repentants

    A chacun d’écouter sa raison et de juger par soi-même

    Réponse
  2. cyrilcab

    Ne croyant pas spécialement à Dieu, mais ne refusant pas l’idée de son existence, je suis bien obligé de revoir ma pensé.

    Car la démonstration méthodique, argumentée et logique de ce reportage, sur la conception intelligente ouvre plusieurs points de recherche.

    1. d’ou venons nous?
    La théorie de Darwin me semblant, du coup, totalement caduque.

    2. qu’est-ce qui a bien pu coder les premiers brins ADN ?
    Le hasard étant mis hors jeu, il ne reste que l’intelligence donc:

    a/ si elle est d’ordre extra-terrestre, qui a créé les entités qui nous ont conçu ?
    b/ si ce n’est pas extra-terrestre, que reste-t-il d’autre que Dieu pour expliquer notre existence ?

    J’avoue avoir quelques problèmes pour répondre à cela.

    Réponse
  3. Perle-de-rosée

    En réponse à Cyrilcab :
    Cher Cyrilcab,

    Je me permets de répondre à votre commentaire que je trouve très intéressant.
    Je trouve très constructif de constater que votre démarche se base uniquement sur des questions soulevées par cette vidéo. En effet, vous prenez la peine de vous interroger, et ne donnez pas l’impression de dénigrer autrui ni de vous engager dans des exposés qui s’apparentent davantage au combat d’opinion qu’à une réelle discussion constructive. C’est appréciable par les temps qui courent !!!… Merci pour ça.
    Ma vision personnelle concernant vos questionnements est la suivante :

    1. D’ou venons nous?
    Il me semble que nous sommes le fruit de l’union de deux êtres parfaitement complémentaires (s’agissant ici d’un point de vue physiologique et en vue de la reproduction de notre espèce) :l’homme et la femme. Selon vous, quel type d’intelligence pourrait parvenir à concevoir deux êtres parfaitement complémentaires, d’une telle complexité, si ce n’est une intelligence ou peut être la source de toute forme d’intelligence, telle que pourrait l’être Dieu ?
    Mais qui est Dieu précisément ? Il est à mon sens utopique à quiconque de répondre à cette question de façon définitive et avec l’appui de preuves scientifiques et matérielles irréfutables. Je peux évidemment me tromper… Chacun de nous peut cependant s’interroger individuellement sur des questions telles que : « Quelle image me fais-je de Dieu ? », « Que représente-t-il pour moi ? », etc… Son nom est-il synonyme d’espoir et de motivation constructive ou de peur, de frustration et de rejet ? Les réponses très personnelles à ces questions sont souvent issues de notre éducation, et de paramètres si nombreux, impliqués les uns avec les autres avec tant de subtilité, qu’il serait difficile de les citer de façon exhaustive. Il n’en reste pas moins que nous avons au moins deux possibilités dans la vie :
    – choisir de considérer les pièces du puzzle en notre possession comme issues d’un ensemble harmonieux, complexe et parfait, dont nous faisons partie, et accepter que la compréhension de la totalité de cet ensemble puisse nous échapper /ou
    – choisir de rejeter l’idée de cet ensemble uniquement parce que nous ne somme pas en possession de toutes les pièces qui le composent ?
    Dans ces deux cas, tout individu est libre de choisir. Il est possible de choisir également de se situer parmi les sans opinion, d’ignorer simplement ces questions ou d’adopter une multitude d’autres positions. Mais vous, que choisirez-vous ?

    2. Qu’est-ce qui a bien pu coder les premiers brins ADN ? (ou qui ?)
    Comme vous le soulignez, le hasard n’a pas de place sensée dans cette question. Mais qu’entendez-vous par intelligence ?
    Selon l’étude étylomogique de ce mot, Intelligence vient du latin intellegentia (faculté de comprendre), dérivé du latin intellegere signifiant comprendre, et dont le préfixe inter (entre), et le radical legere (choisir, cueillir) ou ligare (lier) suggèrent essentiellement l’aptitude à relier des éléments qui sans elle resteraient séparés.
    Une nouvelle question se pose alors : si l’on considère le paramètre de la complexité qu’est l’être humain, associé à la complexité de chacun des deux sexes qui sont par ailleurs d’une complémentarité déconcertante (abstraction faite des variables de notre ère, induits notamment par la société et découlant directement des « défauts» de ces êtres, possiblement parfaits à l’origine), ainsi que les nombreuses inconnues du vivant dans sa globalité, la définition de l’intelligence au sens humain du terme ne vous paraît-elle pas quelque peu embryonnaire pour définir la source de notre origine ? Il ne s’agit pas là de relier simplement des éléments existants, mais de les créer à partir de rien, et de concevoir chaque système, chaque élément qui constitue le vivant, le non vivant, le visible, l’invisible, notre univers tout entier, le tout régi par des lois aussi complexes que logiques (le plein/le vide, la lumière/l’absence de lumière ou obscurité, etc…)… Je pense personnellement que si nous persistions à tenter de tout comprendre et de tout expliquer, notre cerveau humain tel que nous l’employons aujourd’hui risquerait tout simplement une surchauffe voire une implosion tant nous avons de chemin à parcourir. Mais il ne s’agit pas de refaire le monde. Chacun a déjà bien à faire pour se comprendre lui-même et tenter d’employer son potentiel à évoluer de façon constructive pour lui-même et pour sa descendance. L’ADN véhiculerait d’ailleurs des informations qui « voyagent » d’une génération d’êtres à l’autre, sur plusieurs générations. Que cela vous inspire-t-il quant à sa « codification » originelle ?

    Mes questions sont bien évidemment empreintes de bonnes intentions à votre égard, et intéresseront peut être d’autres lecteurs. Je n’ai pas plus que vous de preuve scientifique pour y répondre. Cependant, lorsque j’observe l’être humain, et lorsqu’on je prend la peine de faire taire mon mental, je parviens à entendre la voix de mon intuition et d’une dimension de mon être étrangère à ma seule enveloppe corporelle. Evidemment, ma partialité reste étroitement « titillée » par mon éducation et mes convictions personnelles. Il n’en demeure pas moins un sentiment d’humilité face à la grandeur et à la complexité de l’univers. Il me semble improbable que toutes les « intelligences » humaines réunies soient capables de concevoir une telle somme de lois harmonieuses, en particulier lorsqu’on constate notre déconcertante capacité à détruire plutôt qu’à construire…

    Pour finir, le terme « extra-terrestre » signifie « provenant d’une source extérieure à la planète Terre ». Autrement dit, un champ de possibilités infinies, si on considère que notre planète représente une proportion anecdotique de l’ensemble auquel elle appartient…
    Ne pourrait-on pas dire que Dieu serait cet infini ? L’alpha et l’Oméga ? Le commencement et la fin ?
    A défaut d’avoir contribué à vous aider à y voir plus clair, pensez-vous qu’il est vraiment essentiel de parvenir à répondre à tout pour avancer ?
    L’essentiel à mes yeux est de se fixer des objectifs atteignables, et de faire de notre mieux pour les atteindre. D’utiliser nos capacités pour construire et contribuer à l’évolution de l’esprit qui nous anime et fait de nous des êtres potentiellement si merveilleux et dotés de capacités riches telles que l’espérance.
    Pour certains d’entre nous, Dieu matérialise cette espérance. Evidemment, les religions, créées et dirigées par les hommes, sont parvenues partiellement à nous couper de nos aspirations dans ce sens, en tentant de nous soumettre aux dogmes et de nous contraindre à la culpabilité, nous enseignant le sacrifice ainsi que de nombreux comportements qui annihilent nos chances de vivre sereinement une relation d’amour avec notre créateur. C’est la raison pour laquelle je pense que la foi et la religion ne doivent en aucun cas être comparées. Je me sens libre d’avoir la foi, de croire en Dieu, je refuse que des hommes se permettent une intrusion dans la relation que j’entretiens avec lui, car ce qu’il m’inspire dynamise mes aspirations à vivre tout ce qui s’associe au respect de la vie. Les religions ne m’inspirent que des sentiments négatifs et ne font pas vibrer en moi ce qu’il y a de meilleur. Sentez-vous donc libre de choisir ou non de croire à l’existence de Dieu. Pour ce qui est des preuves, peut être en aurons-nous après notre vie ? Ou pas. Mais n’oublions pas de vivre, ici et maintenant, et de la façon la plus heureuse qui soit pour que notre passage ne soit pas un gâchis…

    Mes amicales salutations à tous et un grand merci à Prisedeconscience pour son travail. Sa contribution au questionnement ne peut que nous faire avancer, à condition bien sûr de l’utiliser à bon escient. Dommage que tous les lecteurs ne jouent pas le jeu et postent parfois des commentaires qui semblent armés d’intentions provocatrices… Ils sont toutefois publiés et non censurés, ce qui prouve bien une transparence certaine de la part de l’équipe…

    Perle-de-rosée

    Réponse
  4. Pierre Hodon

    Petite réflexion :
    Dieu n’existe pas: Je suis obligé de croire que j’existe par hasard, grâce à un processus évolutif qui, miraculeusement, ne partant de rien aboutit à un chef d’oeuvre, en violant constamment les lois fondamentales de la science et du simple bon sens. Avez-vous déjà constaté que les choses s’amélioraient par elles mêmes lorsque vous les laissiez à l’abandon? Moi pas!

    Voici le témoignage courageux d’un savant contemporain athée: Jean Rostand. En tant que biologiste et évolutionniste il donne ses conclusions:
    « On ne peut que croire en l’évolution, on ne peut jamais que croire, et toute la différence est entre les sages qui savent qu’ils croient et les téméraires qui croient qu’ils savent. »

    Dieu existe: J’accepte que je ne peux ni le comprendre ni l’expliquer et que je ne peux le connaître que si je le cherche de tout mon coeur. De grands hommes de science ont été convaincus: Sir Isaac Newton a pu dire: «En l’absence de toute autre preuve, la considération de mon pouce suffirait à me prouver l’existence de Dieu.»
    Plus récemment le Professeur Alfred Kastler, Prix Nobel de Physique, écrivait: «L’idée que le monde, l’univers matériel, s’est créé tout seul me paraît absurde. Je ne conçois le monde qu’avec un Créateur, donc un Dieu. Pour un physicien, un seul atome est si compliqué, si riche d’intelligence, que l’Univers matérialiste n’a pas de sens…» (Foi chrétienne et athéisme dans le mouvement scientifique contemporain, p 23)

    Réponse
  5. Alain V.

    Création divine… évolution selon Darwin….

    Essayez donc de reconsidérer, en vous basant sur la simple observation, ce que peuvent bien représenter réellement les termes "intelligence" et "énergie"….. et peut-être que vous arriverez à la même conclusion que moi-même.

    Nous sommes (les scientifiques comme les autres) emprisonnés par les définitions officielles accordées aux termes que nous sommes bien obligés d’utiliser pour expliquer les choses telles que nous les voyons. Avec ces "versions" (ou visions) figées, non-évolutives, la porte menant à l’éclaircissement des choses de l’Univers est verrouillée.

    Les Anciens, ceux qui ont créé les religions, avaient visiblement compris bien des choses… on les retrouve sous forme de symboles dans les Écritures. Il n’y a pas très longtemps que j’ai constaté les similitudes qu’il y a entre les réalités matérielles de la science et les symboles religieux, j’en suis très étonné…. Et si m’sieur l’curé avait "presque" raison ! (par représentations symbolisées).

    Mon point de vue personnel est que ce qui est appelé "Dieu" dans la Bible, c’est ce qui est à la base de tout : "intelligence" et "énergie" ne faisant qu’un…. Partant de ce concept, plus de dilemme "création" / "évolution"….. Mais l’intelligence au sens pur (dans l’"absolu") étant à la base, l’homme n’est plus rien qu’une marionnette….. ce qui risque de ne pas plaire à certains ! (qui sont d’ailleurs génétiquement programmés pour réagir contre cela [ça peut s’expliquer]).

    Ce qui me semble en tous cas impossible à nier, c’est que l’évolution selon Darwin ne peut avoir qu’une faible incidence sur l’évolution tout court.

    Réponse
  6. le poisson volant

    Merci pour cette analyse, aujourd´hui le 22 decembre 2012 c´est precieux, d´appréendé certainement la question la plus fondamentale, une approche de l´insondable, l´oeuf ou la poule?… Que sais-je? Je n´ai aucune réponse cohérente à vous proposé sur le sujet plus qu´une longue liste de pensée sans début ni fin dont je vous épargnerai…

    Néanmoins, j´aimerais vous faire part d´un petit poéme que j´ai écrit à la suite du visionnement l´ été dernier du film « The Sign » qui m´avait énormement interpelé et provoqué… Autant j´en avais adoré le début que j´en avais détésté les conclusions alors, débridé, dans une tentative de réunir l´incompatible, empirisme et spiritualité, creationnisme et evolutionnisme, ces quelques lignes pour remetre de l´ordre dans mes pensées…

    …………

    Notre univers se compose de cet équilibre subtile que l´on appelle la vie.

    Sa seule raison d´être est la maintenance de cet équilibre sublime.

    Elle apparait de rien car ceci en est la preuve ultime de sont existence.

    Et la cause de tout ceci est dû à la force suprême de l´Amour.

    Un Amour régi d´attraction, afin que un plus un soit égale à trois!

    ……….

    Merci à tous!

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share This
logo_2016_connaitre

Restez informés !

Inscrivez-vous et recevez les dernières nouveautés et informations du site web ! Garantis sans Spam !

Vous faites désormais parti des abonnés !